• jonathanperret74

Concilier photo animalière et séjour ornitho lors d'un voyage en Bretagne

A l'automne 2021, j'ai profité d'un voyage de repérage en Bretagne pour photographier des espèces de bord de mer que je n'ai pas l'habitude de trouver en montagne. La fin d'été est aussi propice à observer des juvéniles encore peu farouches ou des migrateurs en escale. Un séjour à cette période a aussi l'avantage d'avoir de beaux couchers de soleils pas trop tardifs pour ses photos.


Du Morbihan à Saint-Brieuc, plutôt qu'une liste des meilleurs endroits, je vous propose un petit tour des types de spots où trouver des oiseaux.


Sommaire :


1. Chercher les passereaux dans les haies

2. Parcourir les landes et les dunes

3. Se promener sur les plages à la recherche des limicoles

4. Fouiller les marais, roselières et vasières pour observer rapaces et migrateurs

5. Observer les oiseaux marins le long des côtes rocheuses

6. Ne pas oublier les lacs de l'intérieur des terres


1. Chercher les passereaux dans les haies



La biomasse produite par les haies est incroyable. Mûres dans les ronciers, cenelles d'aubépines, prunelles, sans compter les insectes qui viennent y trouver refuge. Les champs abandonnés, les murets couverts de végétation, les bosquets d'ajoncs sont de bons endroits de halte migratoire où observer les passereaux. Ils s'y mettent à l'abri du vent et des intempéries tout en se nourrissant.


Les petits sentiers de randonnée permettent de longer la végétation et autorisent parfois une bonne proximité avec les oiseaux. Mais le fort contraste est souvent difficile à gérer. Il faut être créatif pour trouver comment faire de belles photos !


Espèces courantes à rechercher dans les haies du bocage breton :

Tarier pâtre (Saxicola rubicola), Rougegorge familier (Erithacus rubecula), Accenteur mouchet (Prunella modularis), Gobemouche gris (Muscicapa striata), Linotte mélodieuse (Linaria cannabina), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), Chardonneret élégant (Carduelis carduelis), ...



2. Parcourir les landes et les dunes



Entre les champs bordés de haies et l'océan s'étendent les dunes, encore un peu en retrait, c'est la lande. Moins riche que le milieu précédent, on y rencontre toutefois bon nombre d'espèces de milieux ouverts. Les espèces changent graduellement en fonction du couvert végétal : d'un côté la lande à bruyère, de l'autre l'herbe rase et le sable. Le paysage peut parfois être un peu monotone mais on peut y faire de jolies randonnées en demi-journées.


Les dunes ont un rôle protecteur important pour atténuer les assauts de la mer sur les terres. Elles sont fragiles, sensibles au piétinement, il est indispensable de ne pas sortir des sentiers lors des randonnées. On y croise régulièrement lapins et moutons qui peuvent se contenter de l'herbe maigre qui y pousse.


Espèces courantes à observer sur les landes et les dunes de Bretagne :

Alouette des champs (Alauda arvensis), Pipit farlouse (Anthus pratensis), Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), Cisticole des joncs (Cisticola juncidis) dans les zones de hautes herbes, ...


.

3. Se promener sur les plages à la recherche des limicoles



Les plages immenses accueillent un grand nombre d'oiseaux, surtout des limicoles et des laridés. L'ambiance est exceptionnelle en début ou en fin de journée. On peut jouer avec les flous pour obtenir de belles couleurs douces pour ses photos d'oiseaux ou chercher des contre-jours avec l'eau qui étincelle. Les vagues apportent aussi des arrières plans puissants.


Les oiseaux profitent de la marée basse pour se nourrir en bas de l'estran et remontent avec la marée vers leurs dortoirs. Pour les déranger le moins possible on peut s'allonger sur le sable et laisser les oiseaux venir à soi, poussés par l'eau ou dérangés par les promeneurs qui parcourent les plus belles plages. On pourra remarquer que les oiseaux sont assez habitués aux personnes qui passent sans s'arrêter mais le photographe qui les fixe les fera plus vite décoller ... Les observatoires sont parfois aussi de bons spots, l'idéal est d'arriver 1h30 avant la marée haute, les coefficients de marée n'ont pas besoin d'être à leur maximum, trop élevés ils repoussent les oiseaux au-delà des zones propices.


Pour comprendre et lire le code couleur des bagues pour identifier les gravelots à collier interrompu, vous pouvez aller sur le site de Bretagne Vivante.


Espèces courantes rencontrées sur les plages bretonnes :

Bécasseau sanderling (Calidris alba), Bécasseau variable (Calidris alpina), Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), Huitrier pie (Haematopus ostralegus), Bernache cravant (Branta bernicla), Grand gravelot (Charadrius hiaticula), ...



4. Fouiller les marais, roselières et vasières pour observer rapaces et migrateurs



Ces zones lisières sont constamment soumises à l'influences marées, ni vraiment terre, ni vraiment mer, ce sont des réservoirs de biodiversité. Quand on voyage en automne en Bretagne on peut observer de nombreux oiseaux migrateurs. On y croise limicoles, ardéidés, canards qui profitent de l'abondance de mollusques, crustacés ou poissons plats. Et des rapaces qui viennent cercler au dessus de leurs proies potentielles. Certaines vasières servent également de pré-dortoirs. Les ardéidés comme les Aigrettes garzettes s'y rencontrent en fin de journée et échangent sur la qualité de leurs prospections journalières et se mettent d'accord sur un dortoir nocturne.


Certains observatoires permettent d'attendre tranquillement que les oiseaux soient repoussés à porté d'objectif. Pour avoir les meilleures photos, il peut être intéressant de choisir le lieu en fonction du coefficient et de l'heure des marées, de l'heure du coucher du soleil, pour privilégier l'observation ou l'ambiance. Avoir seulement la silhouette des oiseaux peut apporter de la poésie à vos images.


Certains parkings servent aussi à des pécheurs professionnels, à pied, barques ou bateau. Ils ont besoin de pouvoir se garer et d'accéder aux rampes de mise à l'eau. Attention à ne pas empiéter sur les aménagements nécessaires à leur gagne-pain, au risque de voir de plus en plus de parkings fermés aux vans et camping-cars.


Espèces courantes qu'on peut trouver en fouillant les vasières et marais :

Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), Chevalier aboyeur (Tringa nebularia), Chevalier gambette (Tringa totanus), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Spatule blanche (Platalea leucorodia), Barge rousse (Limosa lapponica), Barge à queue noire (Limosa limosa), Courlis cendré (Numenius arquata), Courlis corlieu (Numenius phaeopus), Faucon émérillon (Falco columbarius), Busard des roseaux (Circus aeruginosus), ...




5. Observer les oiseaux marins le long des côtes rocheuses



Pingouins tordas et Guillemots sont déjà partis en mer depuis longtemps quand arrivent les migrateurs automnaux. Mais les vagues puissantes, les falaises qui renvoient les lumières du coucher de soleil promettent encore de belles photos.


Pendant l'été les falaises inaccessibles protègent les couvées des Fous de bassan, des laridés (mouettes et goélands) et alcidés (pingouins ...) et des Craves à bec rouge. A l'automne on se rattrape en les voyant surfer les courants d'air créés par les vagues. Les sentiers côtiers sont souvent parmi les plus belles randonnées de Bretagne mais même les lieux très fréquentés peuvent permettre de belles observations. Notamment des phoques que l'on voit chasser facilement.


Attention aux embruns, pendant vos sorties photos l'air salé à vite fait de recouvrir la lentille de l'objectif d'un voile qui rend la mise au point lente et fait perdre beaucoup de piqué. Pas besoin d'être forcément proche des oiseaux, en petit, ils donnent de la puissance et de l'ampleur au paysage.


Espèces courantes à observer depuis les côtes rocheuses :

Huitrier pie (Haematopus ostralegus), Fous de bassan (Morus bassanus), Craves à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis), ...




6. Ne pas oublier les lacs de l'intérieur des terres



A la recherche d'une petite crêperie où sur un itinéraire de transition entre deux spots à oiseaux de bord de mer on passe régulièrement à côté de petits lacs. N'hésitez pas à faire un arrêt, ils réservent parfois des surprises.


L'idéal étant de discuter avec les ornithos locaux pour connaître les dernières observations ou de prendre les conseils des photographes que l'on croise. Certains des meilleurs endroits sont aménagés avec des observatoires ou des sentiers en caillebotis.


Là où on été prises les deux photos ci-dessus nous avons croisé :


Grands cormorans (Phalacrocorax carbo), Héron cendré (Ardea cinerea), Grande aigrette (Casmerodius albus), Vanneaux huppés (Vanellus vanellus), Pluviers argentés (Pluvialis squatarola), Combattant varié (Calidris pugnax).



Bon voyage en Bretagne !


Voyager en France, en observant les oiseaux ou pour parcourir les sentiers de randonnée, réserve toujours de bonnes surprises. Alors profitez bien et faites de belles photos !


Si vous avez besoin d'aide ou des conseils pour un séjour ornitho en Bretagne ou ailleurs n'hésitez pas à contacter notre partenaire : SALVA FAUNA





20 vues0 commentaire