• jonathanperret74

Cuisiner ses repas en voyage à vélo

Idées de recettes originales et faciles à faire dans une seule casserole ou popote. Et pouvant se cuisiner sur un réchaud de camping !


Voyage à vélo en Irlande : de l'herbe, de l'eau, c'est le moment de sortir l'équipement de bivouac

J'ai proposé un autre article sur les recettes de bivouac, et la nourriture en trek, ou lors d'expés avec une longue autonomie. Mais les contraintes sont assez différentes lors d'un voyage à vélo. On peut porter un peu plus lourd, donc utiliser par exemple des petites conserves. On se ravitaille souvent, mais dans de petites épiceries avec un choix limité. Tant pis pour l'exotisme, il faut revenir aux bases.


Au départ, en voyage, je cuisinais des pâtes ou du riz avec une demi soupe lyophilisée mais mes intestins ont demandé grâce, et l'atmosphère commençait à être pesante dans la tente au bout de plusieurs semaines de nourriture chimique.


Cuisiner des légumes ne demande pas beaucoup plus d'efforts et on se lasse beaucoup moins vite.

En plus de la popote de voyage, j'ai souvent un tupperware ou une boite en plastique. C'est pratique pour transporter des œufs ou des tomates, une salade ou réserver la sauce le temps de cuire les féculents.


Sommaire des recettes

Petit déjeuner

Déjeuner

Goûter

11 recettes pour le dîner

Cuisiner avec les plantes sauvages des bords de chemin

Pêche à pied


Voyage à vélo au maroc, mieux vaut s'organiser et prévoir quelques jours d'autonomie pour les repas
Petit déjeuner
  • Tartines de pain complet (plus nourrissant et qui se conserve souvent mieux)

  • Beurre de cacahuètes (il est moins gras que le beurre mais plus riche en protéines, et ne fond pas dans les sacoches)

  • Miel ou confiture

Pour différentes recettes pour faire son pain en voyage, c'est ici.


Et sinon

  • Muesli

  • Lait en poudre (il existe aussi du lait de coco en poudre, dans les épiceries asiatiques)


Préparer le voyage à vélo pour ne pas surcharger les sacoches
Déjeuner
  • Taboulé : semoule à couscous dans laquelle on a ajouté des légumes frais coupés en petits dés, des aromates (menthe), des raisins secs, du jus de citron (éventuellement) et l'assaisonnement. Une nuit dans un tupperware et la semoule est réhydratée.


  • Sandwiches : en plus du fromage, charcuterie, pâté (éventuellement végétal) ou tapenade, j'ajoute de fines tranches de concombre ou de chou rave. C'est facile de les transporter sans les abîmer.


  • Il m'est arrivé de faire des houmous « maison » en écrasant des pois chiches en boîte et en les assaisonnant avec aromates et jus de citron. Parfait avec du fromage frais à tartiner.


  • Salades : de tomates à l'huile d'olive et basilic, de concombre avec un yaourt, carottes râpées (oui, il faut prendre une petite râpe mais combien pèse-t-elle en proportion de tout le reste du matériel ?)


  • Œufs durs


  • En Norvège j'ai pédalé en mangeant tout les midis des galettes faites de farine de blé et de pommes de terre avec du fromage caramélisé (type brunost), et avec une banane en dessert. C'est spécial mais j'aime bien et j'avais l'impression d'avoir de l'énergie tout l'après-midi.


Goûter

Au bout de trois semaines environ j'ai l'impression d'avoir besoin de plus manger. Mes réserves doivent être à sec. J'attaque tout ce qui passe au goûter : Viennoiseries, brioches industrielles, paquets de muesli, … L'un des meilleurs rapports qualité/prix doit être le kouign amann ! Si vous êtes en Bretagne, profitez-en, à 500 calories les 100g c'est tout bon !


Pas besoin de prendre beaucoup de matériel pour cuisiner en voyage à vélo
Dîner

C'est là que ça se complique. En voyage à vélo les ravitaillements sont limités. Il faut faire avec les boites de conserve et les briques les plus communes.

Je ne prends que le minimum de nourriture, de quoi faire des repas jusqu'à la prochaine supérette. En France il est rare de faire une journée sans rencontrer un seul commerce ! Un fond de sac avec une portion de riz, quelques épices et de l'huile d'olive permettent de sauver une soirée où le ravitaillement était fermé ou introuvable.


En général je fais du camping sauvage, il n'y a que rarement un point d'eau potable. Je rempli donc une poche de 2 litres en fin de journée en plus de ma réserve d'eau de journée. C'est en général suffisant.


Pour les desserts, je fais en général assez simple : chocolat en tablette ou yaourt les jours de fête.


Et pour ne pas prendre tout une batterie de cuisine il faut imaginer des recettes où cuire féculents et sauce avec une seule casserole. Éventuellement une poêle …


Avec la disparition des fontaines publiques, c'est parfois une gageure de se ravitailler en eau lors d'un voyage à vélo. En France, reste une valeur sûre : les cimetières !

Mais voilà une série de 11 recettes de voyage qui permettent de s'en passer :


  • Pâtes au brocoli : les morceaux de brocolis sont mis dans l'eau froide, on laisse bouillir quelques minutes puis on cuit les pâtes dans la même eau. On assaisonne le bouillon, et on ajoute de l'huile d'olive. C'est simple et bon et on peut volontiers boire le bouillon au goût agréable pour se réhydrater.


  • Risotto champignons : faire revenir des champignons en boîte (ou frais bien sûr, si on en trouve) avec ail et oignons, ajouter le riz puis de l'eau (5 vol pour 1 vol de riz) et cuire à feu doux. Normalement le riz est cuit quand l'eau est absorbée. Ajouter du parmesan.


  • Pâtes au pesto : des pâtes, un pot de pesto, et hop !


  • Pâtes aux tomates séchées : des pâtes, un pot de tomates séchées conservées dans l'huile, et voilà. Le reste de l'huile viendra compléter votre stock d'huile d'olive qui commence à baisser.


  • Soupe de tomates aux pois chiches : on trouve cette recette vendue par les marchands ambulants au Maroc. En voyage il suffit d'ajouter des pois chiches en conserve à une soupe de tomate lyophilisée ou à une conserve de coulis de tomate assaisonnée. A manger éventuellement avec du pain.


  • Dal baht : adaptation du plat traditionnel Indien : faire rissoler des petits légumes avec du curry (si possible en pâte, meilleur qu'en poudre), puis ajouter et cuire le riz avec des lentilles corail. En fin de cuisson on ajoute une petite brique de lait de coco.


  • Fondue de poireau à la crème : émincer les poireaux, faire dorer de l'ail, ajouter les poireaux, couvrir et faire cuire quelques minutes. Ajouter du riz, de l'eau, laisser cuire et ajouter de la crème lorsque l'eau est absorbée.


  • Couscous : faire rissoler des légumes, des épices puis des pois chiches en boîte. Ajouter de l'eau et laisser cuire. En fin de cuisson, verser le bouillon sur de la semoule pour la réhydrater.


  • Polente : Cuire la semoule de maïs avec des petits légumes, éventuellement des raisins secs et ajouter du fromage en fin de cuisson. Si vous avez la possibilité de la manger le lendemain : faire refroidir (et du coup solidifier) la semoule dans un tupper pendant une nuit. La faire revenir dans une poêle avec du fromage râpé par dessus. Sympa aussi pour le pique-nique.


  • Carbonara : faire griller ail et oignons (éventuellement lardons), ajouter dela crème. Réserver dans un tupper. Cuire les pâtes. Mélanger pâtes et sauces en ajoutant un œuf cru et du fromage râpé, miam !


  • Chili : Faire revenir des oignons, réchauffer des haricots rouges en conserve avec une sauce tomate dans la même popote, réserver dans un tupper. Cuire du riz ou manger avec un paquet de tortillas du commerce.


Cuisiner les plantes sauvages comestibles en voyage à vélo. Ici, de la Berce.
Cuisiner avec les plantes sauvages des bords de chemin

Une bonne manière d'avoir des apports réguliers en produits frais est de cuisiner les plantes sauvages. Elles apportent vitamines et minéraux, voire du sucre, quelques graisses et protéines.


Attention à éviter les endroits « sales » : bords directs de route (métaux lourds), zones à pipi (d'humain ou de chiens), plantes souillées par un renard (échinococcose) ou par un troupeau (douve), …

Attention surtout à ne récolter et consommer que les plantes formellement identifiées.

Consommer quelques plantes avec des métaux lourds ne porte pas à conséquence sur du court terme, mais il suffit de confondre une seule fois oenanthe safranée et carotte sauvage pour finir d'urgence à l'hopital.


Sans être exhaustif, voilà des plantes facilement trouvables qui égaieront le repas du soir :


  • Les châtaignes, bonne source de glucides, facile et roboratif

  • Orties, sommités en soupe ou en légumes

  • Grande berce, feuille et gousses en légumes

  • Chénopode, feuilles en légume ou en salade

  • Blette maritime en légumes

  • Toutes les baies : mures, framboises, myrtilles, fraises des bois, …

  • Champignons faciles à reconnaître : cèpes, chanterelles, trompettes, coulemelles, rosés, …

  • Rumex, tiges en compote

  • Criste marine en condiment

  • Graines de cumin, de cerfeuil et de fenouil sauvage pour assaisonner

  • Aromatiques : matricaire, menthe, thym, romarin ... en tisane ou sur un plat


Recette originale pour un voyage à vélo en Bretagne, les moules !
Pêche à pied

  • Les coquillages : moules, coques, palourdes, facile de faire une belle récolte, il suffit d'un tupperware pour leur faire recracher le sable quelques heures dans l'eau.

  • Les poissons : n'étant pas un grand pêcheur, la quantité de poisson attrapé dépend beaucoup de la zone ...


Pour une fois la canne à pêche n'aura pas servi qu'à décorer. Deux repas en vue avec ce beau brochet.

69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout