• jonathanperret74

Observer les oiseaux de montagne, au printemps, à Chamrousse


Photographier les jonquilles et les oiseaux près de Grenoble, dans la station de ski de Chamrousse
Activités de printemps à Chamrousse : observer le réveil de la nature

Les crocus ont commencées à remplir l'espace laissé libre par les névés qui fondent, les jonquilles parent les versants ensoleillés de leur jaune éclatant et les premières gentianes printanières illuminent l’œil curieux de leur bleu métallique. Il est l'heure de partir randonner à la recherche des oiseaux de montagne à Chamrousse, une activité gratuite à partager en famille, tout près de Grenoble. C'est le grand réveil de la nature et les occasions de faire de belles photos seront nombreuses.

Crête des Ramettes depuis Chamrousse, balade en montagne au printemps.
Contraste marqué au printemps entre pentes exposées au soleil et à l'ombre. Au second plan, le Grand Colon et le massif de la Chartreuse au fond.

Dès la mi-février, les vacances ne sont pas finies que les premiers tussilages pointent le bout de leur pétales sur les talus, les venturons montagnards reviennent faire entendre leurs trilles dans l'air qui réchauffe doucement. Pas besoin d'aller très loin, on peut les observer depuis les rues de la station, le long des routes ou faisant de courts planés depuis le sommet des épicéas. Les accenteurs alpins commencent à délaisser les mangeoires pour monter en altitude, et n'y reviennent que pendant les chutes de neige tardives.

Activité nature près de Grenoble, à Chamrousse
Bourgeons de saule marsault ou saule des chèvres, localement appelés marsouses

Avant la fin-février, les saules marsault des endroits les plus exposés laissent apparaître leurs bourgeons couverts de poils soyeux. Il est l'heure de se mettre à chanter pour les grives musiciennes. Bientôt rejointes par les plus aventureux des rouge-queues si la neige ne vient pas couvrir de nouveau la végétation.

Observer et photographier les oiseaux de montagne en Isère
Le printemps à Chamrousse, encore de la neige mais des températures clémentes

Durant tout le mois de mars il n'est pas rare d'avoir de grosses chutes de neige (plusieurs dizaines de cm), elle transforme rapidement, la route se dégage dès que le soleil apparaît mais l'arrivée des oiseaux peut être retardée. Les casse-noix mouchetés vont commencer à se faire plus discrets et pensent à construire leurs nids.

Sortie nature près de Grenoble : apprendre à reconnaître le chant et le comportement des oiseaux de montagne
Accenteur mouchet chantant au sommet d'un pin à crochets au printemps à Chamrousse.

La 1ère quinzaine est propice à apprendre les chants d'oiseaux. Aux appels des mésanges noires, s'ajoutent le chants des mésanges boréales, charbonnières, bleues, et huppées, roitelets huppés, rouge-queues noirs. Les merles noirs, grives musiciennes et pinsons des arbres (rarement du Nord) sont bien établis aussi.

Sorties botaniques près de Grenoble, apprendre à reconnaître les fleurs de montagne
Cille à deux feuilles, belles fleurs du printemps en montagne


A partir de mi-mars, les primevères à grande fleurs sortent le long des talus ensoleillés, accompagnées par quelques crocus. Si la météo le permet les grenouilles rousses et les crapauds tentent une sortie dans les rues et dans les gouilles d'eau de l'Espace Naturel Sensible de la tourbière de l'Arselle. Les premières bergeronnettes grises arrivent dans les rues de Chamrousse.

habitat des merles à plastron, bruants jaunes, accenteurs mouchets, alouettes des champs, pipits spioncelles
Landes à bruyères et névés à proximité de Chamrousse

Combien d'espèces se cachent sur cette photo ? réponse : au moins 5, au printemps c'est l'habitat des merles à plastron (au bord des névés), des bruants jaunes et accenteurs mouchets (dans les conifères isolés), des alouettes des champs (sur l'alpage) et des pipits spioncelles (dans les buissons).


Avant la fin de mars, les névés qui fondent sur l'alpage. On voit les merles à plastron migrateurs rejoindre les quelques-uns qui ont trouvé refuge pour l'hiver en forêt parmi les grives litornes et draines. Depuis le sommet des épicéas, les accenteurs mouchets mêlent leur chant flûté, à celui plus lancinant des bruants jaunes. Les alouettes des champs animent les alpages encore enneigés alors que les pipits spioncelles parcourent les landes à bruyère.

Les rouge-queues maintenant nombreux crissent depuis le toit des bâtiments de la station survolés par les premières hirondelles de fenêtre en repérage. Elles ne resteront que si le temps se maintient au beau. Les talus se colorent du bleu des gentianes de Koch, du mauve étincelant des cilles à deux feuilles, et du violet des pensées sauvages. Dans les bourgeons des saules qui fleurissent on croisent quelques roitelets triple bandeau et les pouillots véloces se lancent dans leur refrain monotone.

Observation des tétras, éviter le dérangement, ne pas perturber, photographier de loin
Observation matinale des tétras, en restant bien à distance pour ne pas les déranger

Début avril, les mélèzes laissent timidement apparaître leurs toutes fraîches aiguilles et les tétras font résonner la cembraie de leurs roucoulements. C'est au tour des serins cinis de venir faire vibrer l'air de leur chant. Pendant que le lac de la Grenouillère dégèle, quelques bergeronnettes des ruisseaux viennent rendre visite aux nombreuses grenouilles et crapauds en train de pondre. Sur l'Espace Naturel Sensible de l'Arselle, la tourbière se gorge d'eau et accueille bergeronnettes printanières et amphibiens. Les tambourinements des pics épeiches et des pics noirs retentissent dans les forêts. Les chants des chouettes de Tengmalm et hulotte animent les nuits, tandis que les chevêchettes prennent le relai à l'aube et au crépuscule.

Observer et écouter le chant de la chouette chevêchette, nyctale de tengmalm, chouette huotte, gélinotte des bois.
Vieilles forêts de montagne, propices aux chouettes

Dans la fin du mois d'avril, si la météo est belle, les bourgeons rosés des mélèzes font leur apparition, gesces, vesces, céraistes, véroniques et myosotis envahissent les talus, les soldanelles montrent leur couronne violette en forêt. Les linottes mélodieuses viennent chanter sur l'alpage. C'est la montée en puissance de la verdure jusqu'à son explosion de début mai. Les tritons se rendent en masse vers les points d'eau pour se reproduire et le coucou fait résonner son chant au loin. Les vautours fauves commencent à explorer la montagne en surfant le long des crêtes et on se prend à rêver que nous sommes déjà en été.



Observer et photographier les oiseaux de montagne près de grenoble, en isère
Retour du froid en montagne au printemps !

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout