• jonathanperret74

Voyage ornitho et randonnées itinérantes lors d'un séjour aux Canaries

Dernière mise à jour : 14 oct.


Depuis longtemps l'idée d'un voyage aux Canaries me trottait dans la tête. Travailler une saison sur l'une des îles, en profiter pour visiter les autres, et faire du bateau-stop quand les alizées se mettraient à souffler en début d'hiver.


Finalement ce long voyage n'a jamais pu avoir lieu et en fin d'hiver 2022 nous décidons d'organiser un séjour plus court. De fin-avril à fin-mai nous sommes parti dans l'idée d'un voyage ornitho, à la découverte des oiseaux endémique de l'archipel.


Nous avions l'intention de voyager à vélo, de traverser les sept îles pour chercher les meilleurs endroits où observer les espèces rares. Pour des raisons personnelles nous avons du laisser les vélos en France, et nous nous sommes orienté vers un voyage de randonnée itinérante. Il faut s'avoir s'adapter ! Le GR 131 traverse toutes les îles, de Lanzarote, la plus à l'Est à El Hierro, la plus à l'Ouest.


Randos ornitho aux Canaries
Fauvette mélanocéphale dans la végétation

Camping au Canaries

Une fois de plus nous avons remis en cause cette option. L'itinéraire paraît assez attirant mais il nous a paru difficile à réaliser en camping sauvage, comme nous en avons l'habitude. D'une part parce que les zones où l'on peut bivouaquer ne sont pas légion, beaucoup de pente, beaucoup de végétation exubérante et/ou piquante. D'autre part parce que les occasions de faire le plein d'eau sont rares également. Les campings sont presque inexistants : 1 seul sur La Gomera et 3 ou 4 sur La Palma.


Le camping sauvage est théoriquement interdit et il n'y a quasiment pas de campings classiques. Au dire des locaux, le lobby des chambres d'hôtes poussent les municipalités à refuser la créations d'espaces qui pourraient leur faire concurrence.


Sur Tenerife il y a de nombreuses "zonas de acampada" où il est possible de planter la tente gratuitement sur réservation. Mais elles ne sont pas toujours bien accueillantes ou bien placées. L'eau est souvent "non potable", les toilettes sont en général fermés entre 17h et 9h, et il y a rarement des douches. L'option de dormir dans les nombreuses "Casa rurales" assez bon-marché serait à envisager.


Séjour ornitho aux îles Canaries
Serin des Canaries, l'ancètre du fameux Canari

Voyager à vélo aux Canaries

Nous sommes finalement assez contents de ne pas avoir pris les vélos. Les îles de l'Ouest (El Hierro, La Palma, La Gomera, Tenerife, Gran Canarias) sont très raides. Les routes, surtout celles qui remontent de la mer sont extrêmement raides. J'avais parfois peur de caler, en 1ère, avec la voiture de location que nous avons louer sur la deuxième partie du voyage. A vélo je pense que nous aurions un peu transpiré !


Pour finir nous avons découpé le voyage en 3 :


- Randonnée itinérante et ornitho sur La Gomera (environ 1 semaine)

- Randos journées autour des volcans de La Palma (environ 1 semaine)

- Randos journées et ornitho sur Tenerife (environ 10 jours)


Pour trouver les meilleures endroits où voir des oiseaux nous avons suivi les conseils de l'excellent guide naturaliste Crossbill - Canary Islands. Par contre, nous avions aussi acheté le guide de randonnée Cicerone - Trekking Canary Islands qui s'est révélé assez inutile. Les chemins de rando sont très bien balisés sur le terrain et avec une application GPS qui donne les fonds de carte OSM on s'en sort très facilement.


Itinéraires ornitho aux Canaries
Pie-grièche grise sur une euphorbe des Canaries

Etages de végétation aux Canaries, et leurs flore et faune associés


L'altitude et l'exposition aux Alizées découpe les îles en micro-climats particulièrement marqués. Dans l'ordre, on trouve (espèces typiques mais beaucoup peuvent être trouvées à d'autres étages) :


- la frange littorale : Ficoïde glaciale, palmeraies sous serres, Pipits de Berthelots, Faucons crécerelles, Martinets unicolores, ...


- l'étage des plantes succulentes : Euphorbe des Canaries, Euphorbes balsamiques, Pie-grièches grises, Fauvettes à lunettes, ...


- l'étage des plantes thermophiles : cultures potagères, palmiers, avocatiers, papayers, ricin, Figues de Barbaries, Pouillots des Canaries, Serins des Canaries, Mésanges Nord-Africaine, Fauvettes mélanocéphales, Tourterelles des bois ...


- la Laurisylva : Lauriers, nombreuses fleurs sur les talus ensoleillés, végétation de sous-bois, Merles noirs, Pinsons des Canaries, Pigeons des lauriers et de Bolle,


- l'étage de la bruyère arborescente : bruyère, graminées, Digitale des Canaries, Roitelets de Tenerife, Rougegorge familier, ...


- les champs de céréales : Perdrix gambra, Bruant proyer


- la pinède : pins des Canaries, Cistes, Pinsons bleus (seulement Tenerife), Pics épeiches, grands Corbeaux, ...


- les hautes-terres : Violette des Canaries, Vipérine de Tenerife, Craves à bec rouge (seulement La Palma)


Où observer les oiseaux aux Canaries
Pipit de Berthelot en train de chasser

Trekking et rando itinérante sur La Gomera, Canaries


Étape à El Cedro : 5km et 600m D+

Après avoir rapidement fui Tenerife et ses resorts all-inclusive nous avons pris le ferry pour San Sebastian de la Gomera. Les ferry sont de bons moyens d'observer les oiseaux marins. Beaucoup de Puffins cendrés et des cétacés, probablement des globicéphales, sont au rendez-vous.


Astuce : Les bateaux de la compagnie Fred Olsen sont plus bas que ceux de Armas. L'angle de vue et la plus faible hauteur permet de meilleures photos !


Nous prenons le bus pour rejoindre le seul camping de l'île situé dans la forêt de Laurier, la route tortueuse donne de magnifiques points de vue sur les vallées veinées de Dykes. La laurisylva est un éco-système particulier des archipel de l'atlantique et particulièrement bien préservé sur La Gomera. El Cedro est le cœur accessible du massif forestier. Pas de transport en commun pour la dernière partie, nous rejoignons le hameau par une route aux talus couverts de fleurs puis un sentier de randonnée.


Astuce : Il existe une coupante pour éviter le dernier petit col en passant par un tunnel qui conduisait l'eau d'une vallée à l'autre. Lors de notre visite une éboulement du plafond avait retenu l'eau sur une bonne partie du parcours. Méfiance. D'autre-part le stop n'est pas très efficace ...


Aux alentours du villages, dans les jardins et aux lisières, de nombreux Pouillots des Canaries, Pinsons des Canaries et des Merles noirs.


Dans la forêt, il règne une humidité constante due aux Alizées qui amoncellent les nuages contre les versants Nord. La forêt capte l'humidité et la restitue en partie, donnant naissance au petit ruisseau d'El Cedro, plus grand court d'eau de l'île, voir de l'archipel. La terre est rouge, on peut voir dans certaines falaises l'amoncellement de bombes volcaniques anciennes. La végétation est exubérante : joubarbes géantes, fougères, mousses couvrant les arbres tordus, ... Il fait frais, nous sortons la doudoune la 1ère matinée.


Dans le village, nous apercevons nos 1ers serins des Canaries (canaris) qui mangent des graines sur les fleurs des jardins.


Randonnée à El Cedro, La Gomera, Canaries
Laurisilva à El Cedro, La Gomera

Rando vers l'Alto de Garajonay : 15km et 750m D+/-

Depuis El Cedro nous empruntons en sens inverse par rapport aux indications, le chemin 18, qui balise l'itinéraire jusqu'à l'Alto de Garajonay, le point culminant de l'île. En sortant de la Laurisylva on arrive dans la Bruyère arborescente. Nous croisons et surtout entendons le chant des Roitelets de Tenerife et des Rougegorges.

En sortant des derniers arbres, il n'y a plus que des fleurs et des graminées. Le vent est assez fort mais a dégagé la vue. Elle porte jusqu'à Gran Canarias, le Teide voisin est omniprésent.


Nous continuons la route 18 pour redescendre, par moment le long d'une crête d'où un magnifique Sylke se détache, le Roque de Agando. La boucle est à faire sur la journée pour avoir le temps de faire quelques observations en chemin.


Randonnée à Alto de Garajonay, La Gomera
Roitelet de Madère dans les bruyères arborescentes

Descente par les sentiers sur Hermigua : 10km et 1000m D-

Nous empruntons le sentier escarpé mais sans difficulté qui longe le cours d'eau du Cedro et la cascade du Chorro de Agua. Le climat se réchauffe à mesure que nous rentrons dans l'étage des plantes thermophiles.


Astuce : On l'oublie un peu au vu des dimensions de l'île mais les dénivelés sont vite importants. Pensez à regarder les altitudes en lisant la carte. Ça chauffe les cuisses !


Le chemin longe les terrasses cultivées et rejoins les premières maisonettes colorées : Palmiers de la Gomera, vignes et Ricins sauvages ont supplantés les lauriers. On croise des Fauvettes à tête noire, des Chardonnerets élégants et des Serins.


Dans le parc d'Hermigua, sous la route principale, on observe des libellules, des Foulques, des Gallinules et de nouveau pas mal de Fauvettes à tête noire plutôt confiantes, puis des pipits de Berthelot en arrivant à la côte.


En rejoignant la côte nous trouvons une "plage" de gros blocs de basalte noirs. Sur les côteaux de nombreuses terrasses ont été construites, beaucoup sont abandonnées et envahies par les euphorbes. Ce qui les rend difficilement accessible pour du camping sauvage.


La nuit tombée, les Puffins se lancent dans un grand concert. Le premier pour nous, c'est assez spectaculaire. Au crépuscule on aperçoit aussi notre première Perdrix gambra.


Randonnées près d'Hermigua, La Gomera
Sylkes, anciennes cheminées volcaniques dégagées par l'érosion

Randonnée par Lepe, Agulo, le Camino Réal, le mirador de Abrante et Juego de Bolas : 12km et 1100m D+

Nous suivons le sentier côtier et les petites routes. Le hameau de Lepe est très mignon, Agulo se donne des airs de village colonial, mais tout est fermé, c'est dimanche. On ne trouve de l'eau qu'au cimetière municipal. C'est d'ailleurs, l'heure de pointe, il y a du monde pour fleurir les tombes.


Nous montons sur le plateau du mirador de Abrante par le Camino Real. Sentier empierré magnifique et bien raide sous le soleil ! De nombreuses fleurs colorées poussent dans les interstices, sur le haut nous croisons quelques rares pins des Canaries qui poussent à travers la terre rouge bordeaux.


Le mirador est fermé, ce qui cause la déception des nombreux visiteurs arrivés en voiture. Ils en oublient de profiter de la vue exceptionnelle sur la mer et d'emprunter les sentiers de terre qui ondulent sur les vagues minérales de ce paysage sédimentaire rare dans l'archipel.


Astuce : Le dimanche tout est fermé. C'est à dire qu'il n'y a pas possibilité d'acheter à manger, voire de trouver à boire ou de visiter (sauf l'éco-musée de Juego de Bolas).


Nous continuons en suivant la route qui traverse une pinède, un peu écrasés par le soleil. Nous serons surpris tout le long du voyage par le manque d'espaces ombragés pour se reposer ou pique-niquer ...


La visite de l'éco-musée de Juego de Bolas est intéressante. On peut goûter aux galettes de Gofio servies dans le petit café. Il y a des expos et des vidéos intéressantes sur la vie rurale d'avant : utilisation d'un grand baton, l'Astia, pour passer sur les reliefs escarpés, langage sifflé, plantes sauvages comestibles, poterie, ...


Nous campons au bord d'un barrage, à mi-chemin de Vallehermoso. Il y a un petit troupeau de chèvres qui occupe la friche.


Rando au mirador de Abrante, La Gomera, Canaries
Vue sur le Teide depuis le mirador de Abrante

En chemin vers Vallehermoso : 7km et 700m D-

Nous passons le col pour redescendre sur la vallée de Vallehermoso. Nous dérangeons au passage un Pigeon de Bolle, bonne coche ! Surtout qu'ils ne seront pas faciles à voir sur le reste du voyage.


Le Roque Cano, impressionnant Sylke sert d'amer au village et le sentier passe au pied.


Sur les conseils du propriétaire de BnB nous visitons le jardin botanique abandonné. De nombreux palmiers du monde entier entourent un bâtiment d'architecte. Pas d'intérêt majeur si ce n'est deux Perdrix gambra.


La petite ville est agréable, les cafés et les restaurants bons-marchés, comme un peu partout sur l'archipel.


Camino real, Agulo, La Gomera
Chemins de randonnée escarpés des Canaries

Randonnée en boucle par Chijere : 12km et 800m D+/-

Très belle rando en boucle vers le Nord-Ouest depuis le centre de Vallehermoso. Avec des paysages variés : Cèdres-genévriers des Canaries, prairies, cultures de palmiers, avocatiers, manguiers, papayers, ...


Les chemins de montée et de descente sont parsemés de cristaux de quartz et de pyroxène. La crête offre une magnifique vue sur les eaux turquoises en contrebas. Le chemin passe par une petite chapelle qui doit abriter des pèlerinages vu l'aire de pique-nique qui y est adossée.


Pour remonter sur Vallehermoso nous suivons la route de terre qui passe entre les jardins et les plantations. Les palmiers sont exploités pour leur sève qui est cuite à la manière du sirop d'érable, on peut observer la méthode de récolte tout au long du chemin.


Fauvettes et libellules rouges (Crocothemis erythraea).


Nous enchaînons en prenant un bus qui nous emmène à Arure. Le lieux à l'air sympa, très différent des paysages que nous avons vu jusqu'à maintenant. Beaucoup de prairies de graminées avec des apiacées et des Mauves, survolées par des Faucons crécerelle et des Buses variables.


Les lieux nous paraissent beaucoup plus "campables" que d'habitude mais nous changeons de bus pour aller en direction de l'Alto de Garajonay. Passage à travers les petits villages de montagne de El Cercado et Chipude.


Le brouillard est bien installé sur les hauteurs. Quand le bus nous débarque à Pajarito le vent souffle et l'humidité nous surprend. Nous installons le campement au bord du chemin de crête balayé par les alizés qui descend sur Imada.


Randonnées aux Canaries, sentiers de La Gomera
Cultures tropicales en terrasses, avocatier

Découverte du Barranco de Guarimiar : 9km et 1200m de D-

Nous rejoignons d'abord des terrasses enherbées par des chemins bordés de murets avant d'arriver au village d'Imada. Le sentier continue entre les buissons de Romarin et de Poleo, d'abord dans le fond du barranco puis à flanc de grandes falaises. Très belle ambiance, des sentiers de bergers reliés par des escaliers de pierre assez vertigineux semblent avoir été tracés de l'autre côté.


Une perdrix surprise joue son numéro de l'aile cassée pour nous distraire de ses petits cachés dans un agave en bord de chemin.


Au niveau du hameau de Guarimiar un ruisseau passe entre des vasques peu profondes. Pas mal de libellules (Thritemis arteriosa et Orthetrum chrysostigma). On entend (probablement) des moineaux Soulcie mais sans les voir.


En explorant les terrasses abandonnées nous pouvons faire une belle observation de Fauvette mélanocéphale dans les figuiers de Barbarie.


Séjour randonnée aux îles Canaries
Randonnée dans le barranco de Guarimiar

Descente vers Playa de Santiago : 7km et 400m D-

Nous empruntons la route qui descend vers la côte. La ville balnéaire de Playa de Santiago ne présente pas vraiment d'intérêt. J'ai cherché sans les trouver les Roselins githagine sensés être du côté des lotissements abandonnés à l'Ouest vers l'aéroport.


Un bus nous ramène à San Sebastian pour prendre le ferry du soir qui va à La Palma. De nouveau les Puffins sont bien visibles en mer.


Sentiers de randonnée sur La Gomera, Canaries
Panneaux indiquant les sentiers de randonnée à La Gomera

Tourisme volcanique et randos naturalistes à la journée sur l'île de La Palma, Canaries


Randonnée sur la Cumbre Vieja par le Refugio El Pilar : 6km et 350m D+

A La Palma nous récupérons une voiture de location pour nous faciliter l'accès aux randos et ne plus avoir à transporter des litres d'eau pour le bivouac.